Was Peche

Monument régional

mercredi 29 août 2007 par Congriste

Que celui qui n’aime pas.....me jette la première pierre !

Ou comment prendre du poids en allant acheter quelques appâts.

Ce soir, comme les veilles de week-end, je passe vite acheter quelques appâts en sortant du boulot. Demain matin, j’ai pas trop de de temps et même si c’est pas la saison, petit lancer de cailloux en vitesse à la sortie du port, ça me permettra de rentrer tôt.

Plutôt que d’aller acheter mes moules au carrouf du coin, je préfère aller faire un saut dans ce monument régional qu’est l’Estaque. Loin de l’agitation branchée du vieux port, de l’agitation hurlante des baigneurs de la Pointe rouge, je préfère la sympathique vie de village de l’Estaque, porte de la rade nord, du territoire ennemi

En plus ça me permet de faire un petit arrêt dans mon mag de pêche préféré. J’ai pas grand chose à y acheter, juste un paquet d’élastiques, mais j’aime bien discuter avec les proprios des dernières pêches et en plus j’ai des nouvelles des potes qui y sont passés. Tiens, Pesca cet aprem a dévalisé le rayon des petits triples…..normal, demain on y va ensemble jeter des cailloux

Arrivé à la poissonnerie Florent, la poissonnière me pose la question rituelle : moules ou sardines ? Pour ce soir c’est moules……..et là c’est le début de l’engrenage infernal. Taing, elles sont belles ces huitres, mettez m’en une douzaine. Humm, et ces bulots, allez 500g. Et puis ces palourdes qui me tendent leurs (bi)valves, allez 500g aussi.

Mais ça n’est que le début de ma descente aux enfers. En sortant pour regagner la voiture, une odeur de friture me monte au nez. Miam, des panisses. Allez zou, passage à la baraque, mettez m’en 2 douzaines.

Et puis c’est le retour à la maison, une vraie torture. Dans la voiture, une odeur, que dis-je un délice olfactif, me titille la muqueuse nasale, un mélange de sucre vanillé et de friture doucâtre. Et oui, vous avez compris, il est dans le coffre, un monument dans le monument…….le fameux chichi de l’Estaque ! Non pas cette merdouille pâle, petite et mollasse que l’on trouve dans n’importe quelle fête foraine. Non, le vrai chichi de l’Estaque, brun, torturé et surtout énorme, tel que se le rêvent les pêcheurs de la rade nord quand ils regardent pisser ceux de la rade sud !

Bon, ben c’est pas demain que j’arrive à fermer le pantalon ! et pas à cause du chichi….enfin pas du mien, à cause de celui de l’Estaque !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3451 / 635768

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LE CABANON  Suivre la vie du site L’esprit des canisses   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License