Was Peche

La quête du saint paGR(AAL)e

dimanche 21 décembre 2008 par Congriste

Comme le disait récemment le sage Yo, sans partage la passion n’a pas de sens. Donc il a partagé et moi je me suis régalé ! La concrétisation d’un rêve que je n’avais vu que sur son ordinateur ou sur les différents sujets dans lesquels il nous avait mis l’eau à la bouche.

Re-bonjour donc les amis, content d’être revenu parmi vous, même si c’est le moral en berne qu’il m’a fallut quitter hier matin le merveilleux pays de Bahhar et Dandik.

Trois mois plus tôt, un petit coups de fil ded Yo "Salut Ber, j’ai un place libre fin aout-début septembre, si ça te branche de venir pecher les pagre avec nous tu es le bienvenu". Mon sang ne fait qu’un tour, j’ai déja déposé mes dates de congés, je fous le foin dans mon administration pour décaler, vite une réservation d’avion sur le web, il m’a fallu 2 jours pour donner une réponse positive.

Finalement, ce fut six jours au paradis tel que je l’entends, à savoir non pas la vie dans un hôtel de luxe mais dans une simple petite maison isolée en bord de mer avec pour seuls voisins un âne, quelques chiens plus ou moins errants,le bruit des rouleaux sur la plage et quelques amis dont j’ai pu faire la connaissance avec pour programme pêche quotidienne et discussion d’après ou d’avant pêche et puis finalement discussions sur un peu tout, de la vie, de nos cultures, bref le courant passe facilement quand on partage les mêmes valeurs et ce même si on vit à des centaines de kilomètres. J’ai toujours ressenti cela au contact des Wasiens que j’ai pu rencontrer au fil du temps et dons l’accueil de mes hôtes ne m’a pas vraiment étonné même s’il était exceptionnel.

Dès l’arrivée, Yo est venu me chercher à l’aéroport, Bahhar aussi et ce dernier a tenu à me faire visiter sa ville, Bizerte, d’après lui la plus belle, la plus authentique de Tunisie, son joli vieux port où j’ai goûté ses délicieux beignets.

Bon je n’en ai mangé que deux, avant il nous avait offert les resto et même si j’ai bon appétit les cailles grillées, les pâtes et la pizza m’avaient un peu calé.

Lors de cette visite, petite visite au marché au poisson pour acheter quelques sardines mais il est tard il n’y a plus grand chose. Nous passons distraitement le long des étals quand sous la glace dans une grosse cagette une tâche rose attire mon regard. Bahhar pousse la glace pilée qui le recouvre et je vois apparaitre l’un des plus beaux sparidés qui soit avec le denti,Dentex dentex,le dentex gibbosus, le fameux pagre à bosse. Celui ci me parait énorme, une dizaine de kilos mais Yo me dit qu’un ami a lui en a pris cette année un spécimen de 24Kg....je rêve déja !

Après une nuit peuplée de rêves roses, nous voilà donc partis à la quête du Graal.

Le bateau de Yo, un superbe open US que tous le monde reconnaitra, est une belle machine de pêche et une fois de plus je suis bluffé par la qualité de construction de ces embarcations, quand je vais retourner sur le Gari, je vais encore pleurer.

Captain Yo ne pêche pas, il se contente de traquer les poissons avec sondeurs et GPS, positionner le bateau et le maintenir quasiment à la verticale, ce qui permet d’explorer les remontées de façon minutieuse en ayant un fil quasiment toujours à la verticale, bref, un confort 5 étoiles.

Les autres équipiers, PadreYo, Momo, Hichem, Bahhar et son frangin Mourad pêchent eux à la palangrote XXL avec de la sardine.

Autant le dire tout de suite, les grands pagres furent plus que discrets sur la période, hélas ils n’étaient pas encore arrivés sur zone. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir parcouru des milles et fait les uns après les autres les postes propices, à savoir des petites remontées de corralligènes dans des fonds de 60 à 100m. Nous n’avons pas péché la zone 25-50m, celle qu’on pratique le plus chez nous et sur laquelle on pique de joli dentis. Enfin juste une petit peu les jours ou nous étions bredouilles histoire de faire quand même un joli poisson. Et là bas dans ces profondeurs c’est du délire !! Premier passage, traîne façon Rason (tout le mondre reconnaitra), 30 minutes et un denti de 7kg ! Mes amis me laisseront l’honneur de remonter ce joli poisson.

Des dentis là bas, à ce qu’on a vu au sondeur il y en a des wagons mais bon, pour notre consommation perso plus quelques dons aux amis, pas la peine de vider la mer et comme le no kill on y arrive pas, autant passer du temps à chercher le Graal. Tiens, la même avec Bahhar.

Attention, je ne me suis pas ennuyé, loin de là, j’ai décroché un nombre incalculable de beaux poissons dont un franchement très gros qui devait être une sériole. Faut dire que pour chercher ces poissons j’avais pris des jigs plutôt costauds, dans la gamme 200-350g. En plus quand je dis bredouille, c’est bredouille de pagres. En effet bredouille là bas c’était ça, des poissons roses de 2-3 kg, en effet les pageots à plume adorent les jigs.

Bref, des bredouilles comme ça ici j’en rêve !

Nous avons même fait quelques incursions un poil plus profondes dans une épave pour aller chercher gros mérous et badèche, les potes en électrique, moi au jig.

Malheureusement dans une épave ils sont impossibles à remonter. Je me suis fait coller 2 fois au plat bord par des bestiaux partis se réfugier dans les tôles. Sur cette épave les copains ont quand même assurés les repas du soir, en effet elle était pleine de chapons,dont des très gros, d’ailleurs je n’avais jamais autant mangé de chapon en si peu de temps !

Mais vous allez me dire je le sais, et le Graal alors ???

Bon j’en ai pris un qui m’a fait très plaisir, joli démarrage mais d’après mes co-équpiers, c’était un nain ! Moi des nains comme ça j’en voudrais à chaque sortie

Mais Rouque a peut-être raison, pour le gros pagre il aurait peut-être fallu un TS dans les tons de rose-rouge

Heureusement, j’avais un TS rouge

Et avec un TS rouge ça devenait jouable.

Le soleil se lève à peine et il y a de la vie sur la remontée préférée de Yo. Hichem et Momo balancent leurs sardines, moi mon jig. Deux minutes, Momo à une pitée énorme, la canne plie, gros coups de tête.....décroché, grrr !!!

Encore deux minutes, la même chose sur la canne d’Hichem et même résultat, décroché. C’est vraiment pas de chance, j’arriverai pas à voir un des ces beaux pagres. Moi je continue à jigger comme un forcené, je change de jig en alternant couleurs et formes, je commence à douter de ce foutu bout de métal, vé presque j’accrocherais une sardine à mon jig.

Quand soudain.....jig accroché !

Mais accroché 2 mètres au dessus de fond et ZZiiii, c’est parti. Je stresse comme un malade car j’ai tellement décroché que j’y crois plus. C’est vraiment différent du denti, même décollé du fond il continue de me faire des départs violents.

Cette bonne Maria se comporte à merveille quand soudain je vois la tâche rose. Salabrage efficace de Yo et ça y est, il est à bord, j’ai trouvé le Graal ! Je suis vraiment fou de joie même si l’émotion m’étreint encore un peu et j’admire cette merveille. Je pourrai repartir le coeur léger

Vraiment un grand merci à Yo de m’avoir fait découvrir ça, ce séjour restera inoubliable et une des mes meilleures expériences halieutiques. Un grand merci aussi à PadreYo, Bahhar, Hichem et Momo pour leur gentillesse et leur accueil.

Yo m’a promis faire un reportage d’anthologie à son retour et si les pagres arrivent en masse dans la semaine qui vient, on devrait voir encore du gros rose très bientôt sur WAS


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3679 / 635568

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LE CABANON  Suivre la vie du site Récits de pêcheurs  Suivre la vie du site Jig   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License