Was Peche

Le Baja peaufine la technique...

vendredi 12 février 2010 par Congriste

Par Xander

Bon, vous avez attendu, et j’en suis navré, mais vous allez voir, ça en valait le coup...

Pour la première fois, je vais vous expliquer une nouvelle technique pour piter quasiment à coup sûr. Et Xand qui donne une nouvelle technique, si ça c’est pas un évenement... les amerloques sont déjà sur le coup pour une adaptation au cinéma !

Donc, ça faisait un moment que je cogitais sur le sujet, sans en parler à personne, refaisant mes calculs inlassablement à la maison. Mais pour vérifier ce qui n’était avant qu’une théorie, il fallait attendre une mise en situation. Et celle-ci a eu lieu au cours de ce long week-end.

Départ donc samedi matin tôt, très tôt ( trop tôt...) avec Jack et Lolic pour une petite sortie de quelques heures. Au programme, traine et jig si la météo n’est pas trop pourrie.

Bien sur, je me trimbalais comme à chaque début de saison un syndrome de blackcat, mais bon, j’avais mis au point ma parade, enfin, j’espérais...

Une fois embarqué matos et matelots, le Baja file droit vers son jardin, moteurs à fond, tellement impatient de voir si les légumes et fruits ont bien poussé avec toute ces pluies.

Arrivés sur place, mise en place de la traine. C’est une première pour Lolic et moi, donc on regarde Jack mettre en place en écoutant ses conseils, ses indications. Et franchement, je sais pas ce qu’a ressenti Jack la première fois, mais on a le sentiment que le Maître JC est à bord avec nous...

En ce petit matin, le Lolic est songeur... Il se rappelle de ce superbe départ qu’il a eu il y a un petit mois, se soldant par un décroché retentissant et le plongeant dans un désarroi le plus total... Il a un compte à régler avec le jardin, il se doit de conjurer le mauvais sort !

Les fonds sont prometteurs, Jack manoeuvre au poil pour faire passer le monel au milieu de ces échos qui font apparaître dans nos yeux de petites étoiles et nos bouches prendre une forme de quartier de lune...

Mais on a beau passer et repasser, rien. La canne n’a plié qu’une seule fois, mais les algues entremêlées dans les triples annihilent nos espoirs qu’il s’agissait d’une véritable touche.

Bon, il est encore tôt, changement de stratégie. La traine ne donnant rien, on se positionne pour jigger. Seul problème, le vent conjugué au courant donnent une dérive d’enfer. C’est plus du jig, c’est de la traîne... Jack tente bien de nous maintenir sur zone, mais c’est pas très évident, le bateau tourne beaucoup... Bref, c’est impêchable !!!

C’est là que commencent à ressortir mes démons du blackcat, les doutes et la pression refont doucement surface. Heureusement que je ne suis pas venu "les mains vides"... j’ai ma nouvelle technique en réserve...
Vu qu’on peut pas jigger, on remet la traine en place. Jack se remet au pilotage et attaque la route à suivre. Il est grand temps de mettre en oeuvre ma technique imparable.

Alors, que je vous explique. Bon, tout le monde connaît l’appel à un ami ( on appelle un ami qui est en pêche pour le faire piter), voire même pour certains l’appel à un ami inversé ( c’est l’ami en pêche qui vous appelle pour piter) . Là, ça va encore plus loin...

Il s’agit de l’appel à un ami en inversion propre. J’ai pas encore trouvé de nom donc si vous pensez à quelque chose de sympa, n’hésitez pas.
La mis en oeuvre est un peu complexe, et le principe quelque peu abusif mais bon, la fin justifie parfois les moyens . Pour être efficace, il faut impérativement avoir un ami qui est lui aussi en pêche, et que vous savez souvent occupé ou un peu dur de la feuille, donc susceptible de ne pas répondre. Dans un premier temps, vous faites comme pour un appel à un ami.

En l’espèce, le Toucan était aussi en pêche ce samedi matin, parfait !!!

J’avais pensé logiquement à Francky qui, vu que c’est le capitaine, devait probablement être occupé à barrer le Toucan, donc pas trop dispo pour répondre. Mais francky ne prend pas souvent son portable quand il va pêcher, donc pas trop utile comme ami pour ma technique.

J’ai donc ensuite pensé à Squalinou. Mais il parle tellement qu’il serait fichu de ne pas s’apercevoir de toute la journée que je l’ai appelé, le bougre. Donc pas non plus un choix d’ami très judicieux.

Heureusement, Sergio était descendu pour le week-end. En effet, les paroles continuent de Pascalou masqueraient surement mon appel, et il finirait bien par regarder l’heure pour voir combien de temps il lui reste à supporter ce calvaire squalinesque, et verrait donc mon appel. C’est donc Sergio que j’ai naturellement appelé, et comme prévu, pas de réponse... Tout marche sur des roulettes jusque là !!! ( j’ai quand même appelé Squale, on sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher et vaut mieux assurer le coup).

La première étape effectuée, il n’y a plus qu’à attendre que l’ami vous rappelle. Et là, ça n’a pas duré très longtemps... c’est beau de pouvoir compter que les amis !!!

Sergio me rappelle comme prévu, je décroche, échange quelques mots avec lui, et voilà Lolic qui se jette sur la canne pour ferrer ! C’est magnifique !

Vous avez compris la technique,c’est bon ? Vous feignez un appel à un ami pour en fait vous faire par ami interposé un appel à un ami à vous-même... c’est tordu, je sais, mais c’est terriblement efficace !!!!

Donc, au bout de 30sc de conversation, je raccroche précipitemment avec Sergio pour profiter du combat de Lolo avec sa revanche ! Chui vraiment content pour lui...

Le voilà enfin qui crève la surface...

Quelle joie à bord !!! la malédiction du blackcat a été enrayée, et Lolo a pris sa revanche de la dernière fois, bref on est comblés !!!

Donc voilà la technique que j’ai mise au point... je vous la livre avec plaisir. Mais par contre, à n’utiliser qu’en cas d’extrême urgence, on se sert quand même d’un ami à son insue. Je tiens donc publiquement à m’excuser auprès de Sergio, et le remercier de son concours pour cette technique . A charge de revanche, mon Sergio !

Bon, l’essentiel est assuré. Mais en bons amis que sont Jack et Lolo, ils tiennent à ce que le désemmasquage soit total. On remet donc le monel à l’eau afin que je pite moi aussi un poisson

Pas question de réutiliser la même technique d’appel ( faudra vraiment lui trouver un nom, je compte sur vous !). Le prochain poisson se fera à la régulière ou ne se fera pas...

On se remet donc en quête, cherchant de nouveaux coins propices dans le jardin. On en trouve certains d’interessants mais qui resteront inviolés ce matin. Après avoir parcouru un bon bout de chemin, on finit par revenir à notre point de départ. et bien entendu, c’est à ce moment là qu’intervient la touche. Je saute sur la canne, ferre, mais rien au bout. On remonte le tout pour controler, le leurre a bien été tapé, mais par un barracuda au vu des traces de dents. Bon, pas grave...

Remise en place, nouveau passage, et là c’est le bon. La canne plie, je la prend, ferre et sent bien cette fois ci les coups de tête. J’actionne la remontée et profite pleinement de toutes les sentations que me procure le poisson plus loin... c’est lourd, vraiment lourd à l’autre bout, le frein patine, je me prend à espérer un beau beau poisson. Je suis concentré au plus haut point, pas envie d’avoir de mauvaise surprise ou faire une fausse manoeuvre fatale. Jack est quand même là qui veille au grain, donc pas trop d’inquiétude à avoir.

Les derniers mètres sont insoutenables, j’ai tellement hâte de voir à qui j’ai affaire... Ca y est, on le voit qui arrive, mais de drôle de manière... il tourne sur lui-même...

Le salabrage se passe de façon nickel, mais la surprise est de taille par rapport à ce qu’on espérait voir. Enfin de taille c’est un bien grand mot pour le coup, il s’agit en fait d’un petit denti d’à peine 2,5kg, mais qui a pris le leurre en travers de la gueule, se piquant donc à 2 endroits différents. Et donc en tournant, la résistance était bien plus grande, d’où les faux espoirs. Allez, c’est pas bien grave, l’important est que je sois complètement désemmasqué, et ça ça fait vraiment, mais vraiment plaisir ! Mon premier poisson en 2009, quelle joie et quel soulagement !!!

Voilà, 2 poissons de pris, il est temps de s’arrêter. On rentre tranquillement se mettre en plage pour boire un apéro plus que mérité après cette matinée bien remplie, l’occasion d’immortaliser une dernière fois le tableau de la journée et se souvenir qu’il y a quasiment un an à 1 jour près, on faisait la même photo au même endroit après une même matinée s’étant soldée par mon premier denti et surtout un doublé de dentis de Lolo au jig... comme quoi, certaines choses ne changent quasiment pas, et c’est tant mieux !!!

Reste bien sur à remercier comme il se doit mon Capitaine, ainsi que JC pour nous procurer de telles joies en nous prodiguant son savoir ! Messieurs, vous êtes grands !!!


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4907 / 631568

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LE CABANON  Suivre la vie du site Récits de pêcheurs  Suivre la vie du site Traîne côtière vif et leurre   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License